• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009
( 30 juillet, 2009 )

Les contes de fée

Un jour, vous rencontrez un gars merveilleux et vous vivez votre propre conte de fée.

Tous les films que nous voyons, toutes les histoires qu’on nous raconte nous implore d’attendre que ça nous arrive.

Le coup de théâtre du troisième acte, la déclaration d’amour inattendue, l’exception qui confirme la règle, mais nous sommes parfois si pressé de vivre notre conte de fée que nous n’apprenons pas à interpréter les signes.

Comment faire la différence entre ceux qui sont intéressés par nous et ceux qui ne le sont pas, ceux qui resterons et ceux qui ne resterons pas.

 Il se peut que parfois le gars merveilleux ne fasse pas parti du compte de fée. Il se peut que ce soit vous toute seule qui vous reconstruisiez et repartiez à zéro, vous rendant disponible pour un meilleur avenir.

Peut être que le conte de fée c’est tout simplement tourner la page. Ou peut être que le conte de fée c’est le fait que en dépit de tous les appels non retournés, les coeurs brisés, en dépit de toutes les gaffes et tous les signes mal interprétés, en dépit de tous les chagrins et les humiliations vous n’ayez jamais, jamais perdu espoir…

                                                                                                                                            He’s just not that into you

 

( 30 juillet, 2009 )

Pourquoi

Pourquoi se lever si ce n’est à l’idée de passer une merveilleuse journée
Pourquoi s’habiller si ce n’est pour être belle aux yeux de celui qui nous regarde
Pourquoi se maquiller si ce n’est pour qu’il nous trouve belle
Pourquoi manger si ce n’est pour partager ce repas avec celui que l’on aime
Pourquoi parler si ce n’est pour se dire des mots d’amour
Pourquoi sortir si ce n’est pour partager de tendres moments
Pourquoi se regarder si ce n’est pour voir dans les yeux de l’autre le bonheur
Pourquoi se toucher si ce n’est pour caresser sa peau douche
Pourquoi s’embrasser si ce n’est pour se faire vibrer
Pourquoi s’enlacer si ce n’est pour se désirer
Pourquoi vivre si ce n’est pour un jour devant la cheminée s’en souvenir

Pourquoi t’aimer si ce n’est pour que tu m’aimes toi aussi un jour

Pourquoi rêver si ce n’est pour que ce jour arrive… … Un jour 


 

 

( 30 juillet, 2009 )

Le veux-tu ?


 

Plongé dans un monde qui ne me ressemble pas
Vague impression que la vie ne m’appartient pas

L’image que je me fais d’elle
Est-elle si virtuelle
Qu’elle me semble intouchable
Comme inconcevable

Puisse-t-elle espérer lui ressembler
Puis je m’en approcher
Ai-je le droit d’y croire
En aurai-je le pouvoir

Plongé dans un monde qui ne me ressemble pas
Vague impression que la vie ne m’appartient pas

Meilleure puisse-t-elle être
Espérance empli mon être
Substantielle je l’attends
Dans mes songes l’entreprend

Si de ton âme l’envahir
De bonheur tressaillir
Ainsi vivre et songer
Ne seraient que réalité

Plongé dans un monde qui ne me ressemble pas
Vague impression que la vie ne m’appartient pas

Voudrais-tu de toi faire quelque chose de moi 

 

( 30 juillet, 2009 )

Juin

Pourquoi toujours en cette période je pense à toi
Et bizarrement cela ne m’étonnes pas

Alors qu’avant
Penser à toi m’apaisais
Désormais
Penser à toi me pèse

Je ne peux plus, comme avant
Leur cacher qui je suis, vraiment
Et sans contrôle sur cet élan
J’avouerais presque, mais comment

Je revois ces doux moments
Mais en le revivant
Vraiment
Presque comme avant

Presque, parce que tu n’es plus
Dans ma réalité, déçue
De toi, de moi, je ne sais plus
Si, de moi, déçue

Je n’ai pas pu, de moi
Oter ses effrois
Que d’autre avant toi
On graver, comme loi

C’est pourquoi toujours en cette période je pense à toi
Et bizarrement cela ne m’étonnes pas 

 

 


 

( 30 juillet, 2009 )

Coucher du soleil

J’ai l’âme fatiguée de trop travailler
Mais non jamais de regarder
D’un œil léger
Cette beauté

Le coucher
La fin, avant la nouveauté

Ce coucher du soleil
Qui raisonne comme une merveille

Merveille que l’on oubli
Malgré une certaine envie
Merveille que l’on oubli
Mais serait-ce pour la vie?

Je prie pour que non
Et non sans raison

Puisque c’est la beauté des choses
Qui me procure overdose
Et comme le besoin de ma dose
Je suis face à elle en osmose

Beauté de coucher
Soleil rêvé 


 

 

( 30 juillet, 2009 )

UNE VIE PARALLELE

Pour vivre ce qu’on ose imaginer

Pour une vie telle qu’on l’a imaginer

Se fondre dans la réalité

D’une vie parallèle

 

Pour aimer ce qu’on ose imaginer

Pour un amour tel qu’on l’a imaginé

Se fondre dans la réalité

D’une vie parallèle

 

Vivre et rêver mais pour de vrai

Rêver ou vivre ses rêves, mélangés,

A ne plus savoir ce qui est réalité

Une vie parallèle

 

Et se morfondre au réveil, sans sommeil

Revenir au réel, sans pareils

S’écrouler devant ce qu’on croyait

Une vie parallèle

 

Et une prise de conscience, sans précédent

Vouloir finir de croire en ses rêves

Pour s’enfoncer à jamais dans

Une vie parallèle

( 30 juillet, 2009 )

J’imagine

Je ne vis plus, j’attends la nuit

Enfin le coucher

Parce que la nuit je ne rêve plus

Alors j’imagine. Je laisse mes yeux se refermer

Sur un monde, mon monde

Dans lequel la vie me souris

Ce monde dans lequel je me plais tant

 

Pourquoi ce monde n’est-il pas le votre ?

Pourquoi ne m’appartient-il qu’à moi ?

Pourquoi n’y trouvez vous pas votre place ?

Et pourquoi je ne trouve pas

La mienne dans le votre ?

 

Je ne vis plus, j’attends la nuit

Enfin le coucher

Parce que la nuit je ne rêve plus

Alors j’imagine.

 

Et que c’est beau d’imaginer

Mais que ce doit être beau

De vivre ce que j’imagine

Vivre n’est que dans votre monde

Alors je ne vivrai jamais ce que j’imagine

 

Pourquoi s’obstiner à rester dans le votre

Changer de monde

 

Pour enfin m’ouvrir au mien

 

Je ne vis plus

( 30 juillet, 2009 )

Demain peut être

Vivement que j’ai moi aussi Une famille sur qui veiller Des enfants à voir grandir Un homme à regarder dormir 

Des décisions à prendre ensemble Des sujets sur lesquels débattre Parce que nous ne serons pas d’accord Une éducation à mener au mieux 

Des vacances à partager Des journées à se raconter Des repas à préparer Des anniversaires à fêter 

Des bougies à souffler La vaisselle à essuyer Une déco à recommencer Une maison à aménager 

Des lits à border Des histoires à raconter Des moments à se regarder Sans bouger, sans parler 

Des fous rires à ne plus pouvoir s’arrêter Des larmes à sécher Des émotions à partager Des disputes à regretter 

Des pardons à demander Des téléphones à décrocher  Des mots doux à murmurer Et des « je t’aime » à hurler …  … Une vie à vivre … … Demain… Peut être … 

|