( 30 juillet, 2009 )

Juin

Pourquoi toujours en cette période je pense à toi
Et bizarrement cela ne m’étonnes pas

Alors qu’avant
Penser à toi m’apaisais
Désormais
Penser à toi me pèse

Je ne peux plus, comme avant
Leur cacher qui je suis, vraiment
Et sans contrôle sur cet élan
J’avouerais presque, mais comment

Je revois ces doux moments
Mais en le revivant
Vraiment
Presque comme avant

Presque, parce que tu n’es plus
Dans ma réalité, déçue
De toi, de moi, je ne sais plus
Si, de moi, déçue

Je n’ai pas pu, de moi
Oter ses effrois
Que d’autre avant toi
On graver, comme loi

C’est pourquoi toujours en cette période je pense à toi
Et bizarrement cela ne m’étonnes pas 

 

 


 

Pas de commentaires à “ Juin ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|