( 14 août, 2009 )

La fille de l’air

Moi j’étais la fille de l’air,
Tu étais la fille de joie
Demoiselle qui savait y faire
Je ne t’aime pas

Je te vomis et j’en suis fière
Toi, la chienne à six pieds sous terre
T’as beau gémir, je ne t’aime pas

Dans le palais des filles de l’air
On refuse toutes les filles comme toi
Les jolies choses, faudra t’y faire
Dans ta tombe, elles n’existent pas

Ces jolies choses des filles sans voix
Quand on y touche on brûle ses doigts
Elles sont sur toi et t’en rêves
Elles sont devant moi et j’en crève
Dis moi est-ce que c’est mieux en bas ?

En bas j’ai retrouvé le père
En bas j’ai retrouvé la mère
On est tous rongé par les vers
Je ne t’aime pas

T’as réussi et t’en es fière
Maintenant t’as l’occasion d’te taire
Tu peux partir
Je ne t’aime pas

Dans les tombeaux des filles de joies
On rigole bien des filles comme toi
Les jolies choses nous on les danse
Et nos jours gris valent bien tes transes

Les jolies choses des filles comme moi
Quand on les touche on brûle ses doigts
Elles sont sur moi et j’en rêves
Elles sont devant toi et t’en crève
Mais toi c’est moi
Mais toi c’est moi

Les jolies choses c’était nous deux
Tout ce qu’on a fait c’était pour eux
Alors les monstres qu’on les crève
Sous la merde y’avait nos rêves
Je mettrai de l’or dans nos yeux
Pour qu’on n’est plus jamais peur d’eux

Leurs jolies choses c’est la mort
Nous on va rester en dehors
Maintenant Lucie dort
Maintenant Lucie dort

Les jolies choses

Pas de commentaires à “ La fille de l’air ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|