• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009
( 23 octobre, 2009 )

TROIS

** ****

Mais qui es-tu ?

J’ai senti mon cœur s’accélérer

Mes pommettes rosir

Et ne sachant que dire

Je t’ai juste embrassé…

** ****

Qui es-tu pour me faire ça ??

 

( 22 octobre, 2009 )

DEUX

** **** Pardon 

J’ai attendu ce moment des jours durant 

Et là, je t’ai devant moi…

Et je fais quoi ? 

Rien justement… 

Si… pire même, je t’ignore, 

Pas même un regard, 

Pas même un sourire  

                Rien 

Pardon ** **** 

Tu me perturbe, tu m’intimide,  Tu m’impressionne, tu sais… 

Dès que je te vois, je ne suis plus maître de moi… 

Je fais exactement le contraire de ce que je voudrais… 

J’ai l’impression d’avoir 15 ans… 

Et c’est toi qui me fais ça… 

Mais pardonne moi, ceci n’est pas une excuse.  Je regrette de ne pas t’avoir laissé le choix 

De me voir, de me parler… 

J’en suis désolée… 

Pardonne moi ** **** 

( 22 octobre, 2009 )

UN

** **** 

Depuis l’autre soir, grâce à toi, je vois les choses différemment, je vois les gens qui m’entourent d’un autre œil. 

Je te voue un culte sans précédent. Et j’avoue ne pas comprendre ce qu’il m’arrive… Je pense à toi, beaucoup plus que raisonnable. J’aime à t’imaginer près de moi, confidente et amante, d’un jour ou de toujours qui sait… ça me plais. 

Ton odeur, ton parfum, m’a fait frémir aujourd’hui, tu n’étais pas la pourtant…

Les traits si parfaits de ton visage angélique me manquent. 

Quand reviens-tu ? 

Quand voudras-tu me voir ? 

Moi je n’ose pas. Tu me fuis, je ne comprends pas… 

Peut-être que si, mais je ne veux pas… 

Quand te reverrais-je ** **** 

Attendre ton regard, ton visage, ton sourire, ton odeur ne m’est plus supportable. 

Je t’ai dans la tête comme personne.

** **** quand te reverrais-je ? 

 

( 22 octobre, 2009 )

Carapace

Cette soirée, ma blessure

Cet homme, ma déchirure

Cette vie, ma courbature

Avant je n’étais que réservée

Maintenant je suis « carapacée »

Puisqu’il n’est possible d’en changer

Peut-on, ces souvenirs, les remplacer

De nouveaux, en imaginer

Ceux-ci, à jamais, les effacer

Avant je n’étais que réservée

Maintenant je suis « carapacée »

Auras-tu un jour la patience d’attendre

Les blessures de mon corps, atteindre

Le mal de mon cœur, entendre

La souffrance de mon âme, comprendre

Patience, le temps d’apprendre

Cette soirée, ma blessure

Cet homme, ma déchirure

Cette vie, ma courbature

Mon futur insécure…

 

|